Semaine 15 – l’actualité internationale

Entre l’accord sur le nouveau report du Brexit, l’arrestation du Julian Assange par la police britannique et le durcissement des sanctions américaines contre la République islamique d’Iran, le point sur l’actualité internationale de cette semaine, accompagné de notre « Point focus Afrique ».

  • Nouvel épisode de la saga internationale « Brexit ». Alors que la date de sortie du Royaume-Uni était initialement prévue le 29 mars 2019, un premier report avait été accordé à Theresa May. Or, cinq mois après que Londres et Bruxelles se sont entendus sur un accord de sortie, mercredi 10 avril, l’Union Européenne a dû se résoudre à laisser plus de temps à la cheffe de l’exécutif britannique. Cette fois, les choses pourraient traîner jusqu’au 31 octobre. Cette décision est le fruit d’un compromis entre les dirigeants européens. Or, le torchon brûle entre Angela Merkel et Emmanuel Macron : ce dernier est est en désaccord avec la chancelière allemande, prête à laisser un an de plus à Theresa May.

En savoir plus : http://www.lefigaro.fr/international/brexit-un-report-flexible-d-ici-le-31-octobre-mais-pour-aller-ou-comment-et-avec-qui-20190411

https://www.liberation.fr/planete/2019/04/14/le-couple-franco-allemand-au-bord-du-divorce_1721315

  • Jeudi 11 avril, en fin de matinée, Julian Assange a fini par être arrêté alors qu’il vivait depuis plus de six ans dans l’ambassade équatorienne de Londres. Les relations entre l’Équateur et le fondateur de WikiLeaks s’étaient considérablement détériorées depuis quelques mois puisque le Président Lenin Moreno soupçonnait des fuites concernant sa vie privée. Les autorités équatoriennes ont fini par retirer l’asile politique qu’ils avaient accordé à Julian Assange et ont laissé les policiers britanniques procéder à son arrestation. Les Etats-Unis ont alors de suite fait une demande d’extradition et ont dévoilé les charges pesant contre le ressortissant australien. Proche de la Russie, Julian Assange redoute fortement d’être jugé pour espionnage. Toutefois, pour l’instant, le seul chef d’inculpation évoqué est celui de piratage, à mettre en lien avec l’affaire Manning.

En savoir plus : https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/04/11/julian-assange-le-fondateur-de-wikileaks-a-ete-arrete-par-la-police-britannique_5448806_4408996.html

https://www.courrierinternational.com/article/dans-nos-archives-julian-assange-pourquoi-jai-fonde-wikileaks

  • Un nouveau pas a été franchi par Donald Trump face à la République islamique d’Iran. En effet, lundi 8 avril, le corps des Gardiens de la révolution, organisation paramilitaire également très implantée dans l’économie iranienne, a été placé sur la liste des organisations terroristes étrangères. Les explications fournies par Washington tiennent principalement au rôle jugé déstabilisateur de l’organisation dans la région mais également à ses activités présumées dans le domaine du nucléaire. Cette décision intervient alors que l’Iran peine à recevoir les aides dont elle a besoin suite à des inondations ayant fait plusieurs dizaines de morts. Ainsi, le ministre des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a dénoncé l’attitude américaine et a fait savoir sur Twitter que le Croissant-Rouge iranien était empêché de recevoir des fonds en provenance de l’étranger et s’en prend aux sanctions américaines.

En savoir plus : http://www.lefigaro.fr/international/washington-designe-les-gardiens-de-la-revolution-iranienne-comme-organisation-terroriste-20190408

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/08/iran-trump-place-les-gardiens-de-la-revolution-sur-la-liste-des-organisations-terroristes_5447515_3210.html

 

En bref :

  • Le premier ministre israélien sortant, Benyamin Netanyahou, remporte les élections législatives et effectuera un cinquième mandat.
  • La Cour constitutionnelle sud-coréenne a jugé l’interdiction de l’avortement contraire à la Constitution.
  • Justin Trudeau envisage de durcir la législation canadienne en matière d’asile suite à l’afflux de demandes liées à l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.
  • Carlos Puigdemont, ancien leader indépendantiste catalan, a été désigné tête de liste du parti séparatiste Junts per Catalunya pour les élections européennes.

Point focus sur l’Afrique

Une nouvelle vague de révoltes populaires fait trembler les pays du nord du continent. Alors que les manifestations renversent les régimes en place en Algérie et au Soudan, la violence se renforce en Libye. À ce stade, le risque d’une déstabilisation régionale ne peut être exclue.

Politique

Soudan – Le 11 avril, le président Béchir est destitué par son cercle de fidèles. Si à la tête du Conseil de transition établi pour 2 ans, se place l’ancien Ministère de la Défense et Vice-Président de Béchir, il ne restera que quelques heures avant de se retirer au profit de l’inspecteur général des forces armées, Al-Burhane. Si le conseil de transition annonce soutenir et écouter le peuple, pour le moment, il ne semble pas faire l’unanimité au sein de la société soudanaise.

Les éclaircissements des JI : Le 19 décembre 2018 débute une vague de manifestations, inédites par leur durée et leur ampleur, sur le territoire soudanais. Si elles sont initiées par des revendications économiques (l’économie se dégrade depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011) elles deviennent rapidement politique sous l’impulsion du syndicat de l’Association des professionnels soudanais (APS). Contrôlées par le régime et par les forces spéciales du(NISS) et les forces de la milice étatique  (FSR) issue des janjawids, responsables des exactions au Darfour, les manifestations prennent une nouvelle ampleur le 6 avril dernier, date de renversement historique du régime de 1985.

Et après ?

  • Béchir fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénal international (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour (notamment contre les minorités Four, Masalit et Zaghawa).
  • Le retrait de la mission conjointe des Nations unies et de l’Union africaine au Darfour (MINUAD) est prévu pour le 30 juin 2020.
  • Le mandat de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) n’a été prorogé que jusqu’au 15 avril 2019.

Dans un contexte d’instabilité, le retrait des contingents internationaux risquerait de déstabiliser à nouveau une zone à l’équilibre fragile.

En savoir plus https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/04/12/soudan-la-mecanique-d-un-desastre_5449381_3212.html

Libye – L’offensive du maréchal Haftar à Tripoli a fait 121 morts et 561 blessés depuis le 4 avril dernier. Les combats opposent les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA) de Sarraj reconnu par la communauté internationale à l’Armée nationale libyenne (ANL) d’Haftar. Les combats au sol et les raids aériens des deux camps se multiplient alors que les civils sont de plus en plus visés.

En savoir plus https://www.jeuneafrique.com/762892/politique/libye-au-moins-121-morts-et-600-blesses-dans-les-combats-pres-de-tripoli/

Mais aussi …

  • En Afrique du Sud, les scandales de corruption au sein du parti du président Ramaphosa, le Congrès national africain (ANC) se multiplient à l’approche des élections générales du 8 mai.
  • En Algérie, les magistrats ont annoncé le boycotte de l’élection présidentielle du 4 juillet prochain en soutien aux protestations populaires qui ne faiblissent pas.
  • En Egypte, la déstabilisation régionale initiée par les contestations populaires (Algérie, Soudan) et la recrudescence de violences à ses frontières (Libye) inquiète Sissi, président égyptien depuis son coup d’Etat en 2013.
Économie

Ghana – Google développe son premier laboratoire de recherche en intelligence artificielle sur le continent. Le directeur du nouveau centre annonce vouloir répondre aux problèmes socio-économiques, politiques et environnementaux de l’Afrique grâce au développement de cette nouvelle technologie. La jeunesse du marché continental qui représentera 2,4 milliards de personnes d’ici 2050 est convoitée par l’ensemble des Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) qui profitent du manque de régulation pour se développer.

En savoir plus https://www.jeuneafrique.com/762707/economie/google-ouvre-son-premier-laboratoire-dintelligence-artificielle-en-afrique/

Mais aussi …

  • En Angola, Total annonce la finalisation de son projet pétrolier au large de l’Angola. Si Total produit 40% du pétrole brut extrait du territoire, la seule capacité de ce projet représenterait 15% de la production de pétrole de l’Angola.
  • En Zambie, les citoyens pourront désormais poursuivre le groupe anglo-indien Vedanta et sa filiale Konkola Copper Mines accusés de pollution devant un tribunal anglais. Les plaignants dénoncent le déversement de déchets toxiques dans les cours d’eau en contrebas des mines exploitées.
  • Sur le continent, si l’aide publique bilatérale a baissé de 4% en 2018 selon l’OCDE, la contribution française, elle, a augmenté de 12,5 milliards de dollars.
Société

Nigéria – Il y a 5 ans (14 avril 2014), 276 lycéennes de Chibok sont enlevées par Boko Haram. Si le président Buhari avait promis de rendre les jeunes femmes aux familles lors de sa campagne, 112 d’entre elles sont toujours portées disparues. Après dix années de conflit, le groupe terroriste Boko Haram aurait fait 27 000 morts seulement sur le territoire nigérian et aurait provoqué le déplacement de près de 2 millions de personnes sur les territoires voisins (Cameroun, Niger, Tchad).

En savoir plus https://www.jeuneafrique.com/762839/politique/cinq-ans-apres-leur-enlevement-par-boko-haram-112-lyceennes-de-chibok-toujours-portees-disparues/

Mais aussi…

En Algérie et au Soudan, la place des femmes dans les manifestations est inédite.

Constance Lefebvre & Océane Lemasle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *