Semaine 16 : l’actualité internationale

Entre les attentats au Sri Lanka, la publication du Rapport Mueller et le nouveau test en Corée du Nord, le point sur l’actualité internationale de cette semaine, accompagné de notre « Point focus Afrique ».

  • Une série d’attentats à la bombe a endeuillé le Sri Lanka alors que les chrétiens du pays célébraient le dimanche de Pâques. Les 8 attaques se sont produites dans des églises de la capitale et de la côte, ainsi que dans des hôtels de Colombo, faisant près de 300 morts et 500 blessés. Il s’agit de l’éclat de violence le plus meurtrier depuis la fin de la guerre civile en 2009. Selon les autorités gouvernementales, le mouvement islamiste National Thowheeth Jama’ath serait responsables des attentats suicides. Le gouvernement du pays insulaire a décrété un couvre-feu pour une durée indéterminée, et a bloqué temporairement les réseaux sociaux afin d’éviter la diffusion de fausses nouvelles.

En savoir plus : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/21/sri-lanka-au-moins-42-morts-apres-six-explosions-dans-des-hotels-et-des-eglises_5453133_3210.html

  • Jeudi 18 avril, le Ministre de la Justice américain William Barr a rendu public le “Rapport Mueller”, qui a tenu les Américains en haleine pendant près de deux ans. Le procureur spécial Robert Mueller, ancien directeur du FBI, était chargé d’enquêter sur une possible ingérence russe dans les élections présidentielles américaines en 2016 et de déterminer si le président Trump s’était rendu coupable d’obstruction à la justice. Le Ministre de la Justice a retiré certains éléments de la version publique du rapport de 400 pages, provoquant le doute des élus Démocrates qui considère que l’intégralité du rapport pourrait se révéler compromettante pour la présidence de Donald Trump.

En savoir plus : https://www.courrierinternational.com/article/etats-unis-le-rapport-mueller-enfin-devoile-au-public

  • Moins de deux mois après l’échec du sommet de Hanoï avec le président américain, Kim Jong-un a supervisé le tir d’essai d’une nouvelle arme tactique, selon les médias d’Etat nord-coréens. Le dirigeant nord-coréen a qualifié cet essai d’”événement d’une très grande importance pour accroître la puissance de combat de l’Armée populaire”. Pyongyang avait déjà fait une annonce similaire en novembre dernier, même si l’on ignore s’il s’agit de la même arme. Donald Trump de son côté a annoncé qu’il n’écartait pas la possibilité d’un troisième sommet, mettant en avant sa relations qu’il qualifie d’excellente avec Kim Jong-un.

En savoir plus : https://www.huffingtonpost.fr/entry/kim-jong-un-a-guide-lessai-de-tir-dune-nouvelle-arme-tactique_fr_5cb7b505e4b096f7d2dbc707

En bref :

  • La Grèce demande 290 millions d’euros de réparations de guerre à l’Allemagne, pour des crimes de guerre, emprunts forcés et destructions de biens et pillages commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • L’ancien président péruvien Alan Garcia s’est suicidé avant son arrestation pour une affaire de corruption et fraude.  
  • Volodymyr Zelensky, humoriste ukrainien, est élu président de l’Ukraine avec 73% des voix, écrasant le président sortant Petro Porochenko.
  • Les Etats-Unis et la Russie se sont opposés lors d’une réunion du Conseil de Sécurité à un projet de résolution visant à établir un cessez-le-feu en Libye.

 

Kevin Rousseau

Master 1 Relations internationales

 

Point focus Afrique (Océane Lemasle, Master II Relations Internationales)

La politique est au coeur de l’actualité africaine cette semaine. Alors que les manifestations continuent (Algérie, Maroc, Soudan), les réformes constitutionnelles se multiplient pour permettre aux actuels dirigeants de se maintenir au pouvoir (Museveni et Sissi). Si Daech revendique une attaque armée en RDC, l’ampleur du groupe terroriste dans le centre du continent reste à déterminer.

Politique

Libye – Alors que les combats entre l’Armée nationale libyenne (ANL) dirigé par Haftar et la coalition de force de Sarraj s’affrontent, l’actuel président souligne l’impassibilité de la communauté internationale. Le président Sarraj dénonce également le soutien technique de la France au maréchal Haftar en 2016 et souligne l’émergence d’un climat anti-français. Si ce soutien a été perçu comme un appui politique, il était initié sous motif de contre-terrorisme. De même, les échanges entre Haftar et Washington sont perçus comme un positionnement politique américain.

En savoir plus https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/04/22/triopoli-deplore-l-absence-de-solidarite-de-la-france-face-a-l-attaque-du-marechal-haftar_5453501_3212.html

Soudan – Décidés à véritablement renverser le régime en place depuis trois décennies, les organisations soudanaises suspendent leur participation au processus de discussion avec le Conseil militaire temporaire actuellement en place. Elles encouragent à poursuivre et intensifier ce que les manifestants appellent une “révolution civile” jusqu’à ce que la société soit écoutée.

Les éclaircissements des JI – Le régime soudanais tient encore en place en dépit de la crise économique initiée en 2011 et malgré l’embargo américain grâce aux perfusions ponctuelles étrangères (notamment saoudienne et émirati). Ce dimanche les deux puissances du Golfe ont ainsi annoncé une aide de 500 millions de dollars pour financer les besoins du peuple.

En savoir plus https://www.jeuneafrique.com/765992/politique/soudan-la-contestation-suspend-les-discussions-avec-larmee-et-veut-intensifier-le-mouvement/

Soudan du Sud – Le départ du président Béchir soulève les interrogations de Juba quant à la bonne tenue du processus de paix entre le président Salva Kiir et son principal opposant, Riek Machar, jusqu’alors orchestré par Khartoum.

Les éclaircissements des JI – Suite à une longue guerre civile opposant un Nord majoritairement musulman concentrant les ressources et un Sud séparatiste et chrétien, le Soudan du Sud acquiert son indépendance en 2011. Si depuis, la situation est instable sur le territoire, le Soudan a tout intérêt à contribuer au processus de paix et de stabilisation du pouvoir sud-soudanais. En effet, si Khartoum perd la quasi totalité de ses accès en hydrocarbure en 2011, le Soudan du Sud reste intégralement tributaire des gazoducs soudanais lui permettant de rejoindre Port Soudan pour exporter ses ressources.

En savoir plus https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/19/le-soudan-du-sud-peut-il-faire-la-paix-sans-omar-al-bachir_5452732_3210.html

Mais aussi ..

  • En Algérie, pour la neuvième semaine, les manifestations persistent à Alger. La population s’inquiète d’une intensification de la répression alors que les forces de l’ordre auraient arrêté des militantes en début de semaine dernière, les forçant à se dénuder au commissariat.
  • En Égypte, chaque vote au référendum populaire permettant au président Sissi de se maintenir au pouvoir plus longtemps (extension du mandat de 2 ans et possibilité de se représenter pour un troisième mandat) était récompensé par un colis de nourriture par citoyen.
  • Au Mali, Boubou Cissé, anciennement ministre de l’économie est nommé premier ministre, remplaçant ainsi Soumeylou Boubèye Maïga qui a présenté sa démission suite au massacre de Peuls.
  • Au Maroc, le mouvement de grève rassemblant les enseignants de l’éducation nationale initié le 3 mars et appelant à une amélioration des conditions de travail persiste.
  • En Ouganda, les instances du pays ont supprimé la limite d’âge de 75 ans pour la présidence permettant à Yoweri Museveni, âgé de 74 ans et au pouvoir depuis 33 ans de proposer une sixième fois sa candidature à l’élection présidentielle de 2021.
  • Au Soudan, l’ancien président Béchir a été arrêté et emprisonné par l’armée sans que cette annonce apaise réellement les contestations populaires. Parallèlement, Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, nomme Nicholas Haysom, avocat sud-africain, en appui au processus de médiation porté par l’Union Africaine.

 

Société

République Démocratique du Congo (RDC) – Dans la nuit du 16 avril, les forces démocratiques alliées (ADF) ont attaqué les forces de la mission onusienne de maintien de la paix dans la région (MONUSCO). Si les massacres et les combats entre les groupes armés sont récurrents à la frontière entre la RDC et l’Ouganda, la revendication des faits par Daech est inédite.

Les éclaircissements des JI – Les ADF, groupe armé islamiste créé dans les années 1990 en Ouganda, voulaient initialement renverser le régime de Museveni. Aujourd’hui, ils sont à l’origine de massacres récurrents contre les populations locales à la frontière ougando-congolaise. En 2018, une vidéo de propagande de Abou Bakr Al-Baghdadi appelle les jihadistes à rejoindre, entre autres, le centre de l’Afrique.

En savoir plus https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/04/19/en-rdc-l-etat-islamique-revendique-sa-premiere-attaque-et-l-etablissement-d-une-filiale_5452690_3212.html

Mais aussi…

Toujours en RDC, le naufrage d’un bateau sur le lac Kivu a fait au moins 13 morts et 114 disparus. Tshisekedi déclare le 18 avril, jour de deuil national et rend obligatoire le port d’une bouée de sauvetage pour chaque passager. Son absence est à l’origine de nombreuses noyades sur ces embarcations vétustes et surchargés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *