Semaines 23 et 24 : l’actualité internationale

Durant l’été, l’Association des Jeunes internationalistes publiera l’actualité chaque quinzaine, pour que même sur la plage, vous restiez au fait de l’actualité internationale.

  • La montée des tensions dans le détroit d’Ormuz

Le 13 juin, deux pétroliers ont été attaqués en mer d’Oman. S’ils n’ont pas été coulés, les pétroliers ont subi d’importants dégâts. Les Américains ont rapidement attribué cette attaque à l’Iran, qui réfute les accusations américaines. Le 20 juin, l’Iran a abattu un drone de reconnaissance américain. Les Iraniens prétendaient que l’appareil américain volait dans l’espace aérien iranien, alors que les Américains prétendent le contraire. En représailles, Donald Trump avait décidé le lancement de frappes aériennes contre l’Iran mais y a renoncé face aux nombres de victimes civiles possibles. L’état-major américain en charge des capacités cyber a annoncé le lancement d’opérations cybernétiques contre les capacités iraniennes de renseignement. Sur Twitter, le Ministre iranien des télécommunications a précisé que ces attaques avaient échouées.

Dans un entretien au journal Le Monde, le ministre saoudien des affaires étrangères a réaffirmé la fermeté de son pays à l’égard de l’Iran et appelle à ce que les velléités iraniennes de puissance soient jugulées. Il précise également que l’Arabie Saoudite est victime du conflit yéménite. Son pays se tient prêt à répondre aux attaques iraniennes.

En savoir plus : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/24/l-iran-dit-n-avoir-subi-aucun-degat-a-cause-de-presumees-cyberattaques-americaines_5480582_3210.html ; https://www.france24.com/fr/20190621-global-hawk-rq4a-drone-americain-iran-espionnage

  • Au Royaume-Uni, deux hommes en lice pour remplacer Theresa May

Les députés conservateurs britanniques ont choisi : ce sera Boris Johnson ou Jeremy Hunt qui remplacera Theresa May au 10 Downing Street. Les 160 000 adhérents conservateurs ont maintenant jusqu’au 22 juillet pour élire leur nouveau chef. Boris Johnson, qui fait campagne pour un Brexit très dur, fait course en tête, mais son élection n’est pas encore acquise. Jeremy Hunt, qui a remplacé Boris Johnson à la tête du Ministère des affaires étrangères, parie sur un Brexit moins dur. Theresa May quittera son poste de Premier ministre lorsque son remplaçant aura obtenu la confiance de la Chambre des Communes. La tâche ne s’annonce pas aisé tant les députés conservateurs se méfient de Boris Johnson.

En savoir plus : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/20/jeremy-hunt-face-a-boris-johnson-pour-succeder-a-theresa-may_5479329_3210.html

  • En Turquie, l’AKP de Erdogan perd Istanbul

Le parti de Erdogan, l’AKP, a concédé sa défaite face à au parti kémaliste, le CHP, porté par Ekrem Imamoglu. Imamoglu sera donc le prochain maire du Grand Istanbul. Le symbole est fort pour l’opposition turque. D’abord, c’est à Istanbul que Erdogan et l’AKP ont commencé leur conquête du pouvoir – Erdogan estime d’ailleurs que celui qui tient Istanbul tient la Turquie. Ensuite, Istanbul était jusqu’à l’heure le fief de l’AKP. Enfin, le score obtenu par Imamoglu confime la victoire des opposants à Erdogan ; victoire obtenue lors du scrutin du 31 mars dernier dont Erdogan obtint l’annulation.

En savoir plus : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/23/istanbul-fete-le-retour-de-la-democratie-apres-la-victoire-de-l-opposant-ekrem-imamoglu_5480458_3210.html

  • Au Brésil, le ministre de la justice de Bolsonaro dans la tourmente

Le journal The Intercept a révélé que le juge Sergio Moro, devenu à l’élection de Jair Bolsonaro, son ministère de la justice, aurait manœuvré pour empêcher le retour de Lula au pouvoir. En tant que juge d’instruction, Sergio Moro était chargé de l’affaire Lava Jato, une vaste affaire de corruption. Sergio Moro aurait obtenu le placement en détention de Lula pour l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle. Si la révélation de ces informations fait grand bruit au Brésil, le président Bolsonaro maintient sa confiance en Sergio Moro qui est pour le moment assuré de conserver son poste de ministre.

En savoir plus : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/10/bresil-selon-the-intercept-la-vaste-enquete-anticorruption-visait-a-empecher-le-retour-au-pouvoir-de-lula_5474140_3210.html

  • Le retour de la Russie au sein du Conseil de l’Europe

A la suite de l’invasion de la Crimée par la Russie et de la guerre dans le Donbass, le Conseil de l’Europe avait suspendu la participation de la Russie au sein de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) et interdit la participation russe à certaines commissions. Depuis, la Russie avait suspendu sa participation financière à l’organisation européenne, créée en 1947 par le Traité de Londres, et menacé de se retirer. Le 25 et 26 juin prochain, se tient la session annuelle de l’APCE, qui doit notamment permettre l’élection du nouveau secrétaire général. La France et l’Allemagne ont fortement œuvré au retour de la Russie au sein de l’organisation citant notamment l’importance de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), institution créée en 1959, et l’importance de la discussion entre l’Est et l’Ouest de l’Europe. Certains États de l’Est au premier rangs desquels l’Ukraine sont opposés au retour de la Russie qui, selon eux, reviendrait à nuire à l’efficacité et à la légitimité du Conseil de l’Europe. Le retour de la Russie au sein de cette organisation n’affecte en rien les sanctions économiques décidées par l’Union européenne et les États-Unis.

En savoir plus : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/22/le-conseil-de-l-europe-s-apprete-a-lever-les-sanctions-contre-la-russie_5480090_3210.html

Christophe Richer

Président des Jeunes internationalistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *